10/12/2011

The end

Les blogs, c'est comme les livres : un beau jour vient, on écrit "Fin".

Et puis on prend une page blanche et on commence une autre histoire.

Bon, sauf que là, ce sera toujours la même histoire, c'est comme Harry Potter : en plusieurs parties.

A suivre, donc : Lenteur et tremblements.





21:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

22/11/2011

Blogstory

Petit désintérêt pour le blog. Je continue à lire les habituels, mais écrire ici ça devient... Enfin, écrire tout court, à vrai dire, en ce moment, ça se fait rare.

Aujourd'hui, acheté Ceremonials, de Florence + The Machine.
De l'encens.
Du déo Sanoflore.

Hier c'était journée analyses.
Mon cholestérol est de 1,15g/litre, n'est-ce pas, soit nettement en-dessous des valeurs normales de 1,50/2,20, et mes tryglycérides sont eux aussi dans les chaussettes, comme d'hab, à 0,24 g/l (mon dieu, eux, ils ont même baissé depuis l'année dernière - valeurs normales: 0,50/1,50) ce qui est très intéressant puisque cela veut dire que je vais pouvoir continuer à me gaver de chips.
Et il n'y a pas de traces de facteurs rhumatoïdes, donc ça va, mes mains rouillées au réveil, ce n'est pas du rhumatisme, c'est cool.
Et puis je ne suis pas franchement anémiée non plus, à 23ng/ml, vu que la "normale" la plus basse est de 15 (la plus haute de 250).
Tout va bien, donc, jusque là.
RDV pour une échographie mammaire la semaine prochaine, mais les kystes ça va ça vient donc on s'en fout.

Et puis je suis partie en quête d'un labo qui voudra bien se charger d'une analyse de parfum, pour le fun, à condition que ça ne coûte pas deux bras. Un je veux bien, mais pas deux, sinon, la vie deviendrait vraiment compliquée.

Alors donc j'écoute Florence et surtout Seven Devils, volontiers en boucle : "I was dead when I woke up this morning, I'll be dead before the day is done... Seven devils around me, seven devils in my house..." (). Cool, je me rabiboche avec mon petit gothisme, du coup.

En regardant le clip de What the water gave me, je me suis dit que, Florence, j'aimerais bien l'entendre chanter avec Lisa Gerrard.
Elle m'a aussi rappelée Jeff Buckley et puis Eurythmics et puis Kate Bush.
Et elle me donne envie de chiner frénétiquement plein de fringues et de petits bijoux cocasses sur ebay.
Là, du coup j'ai trouvé un garouda en pendentif. Je suis contente. Quand je mourrai, j'aurai plein de garoudas chez moi. Pour le moment, j'en ai deux. Ca avance.

Ah et le savon Saponaria de la savonnerie Saponnaire fait un peu onduler mes cheveux. Je ne sais pas si c'est bon signe mais ça me plaît bien.

J'ai découvert le plaisir simple et dépouillé qu'il y a à parler de ma santé : comme ça, je ne parle pas du reste, compliqué et... vraiment très compliqué. 

Enfin, non. Je pourrais aussi me mettre à parler de ce qui me met en rogne mais, comment dire...
Ah si, par exemple, j'ai une vidéo sur laquelle on voir le fils des voisins de ma mère faire du quad sur le chemin d'accès qui longe le jardin et permet d'accéder aux maisons qui sont derrière celle de ma mère.

Ah, c'est là qu'il faut que je mette une photo.

john.jpg

Ouaip, maintenant, ce genre de petit désagrément, comme un gosse de 12 ans qui fait des allés-retours en quad à fond la caisse sur un chemin privé, ça me donne envie de viser les roues. Pour être gentille.
J'ai des envies bizarres.
Rester en plein milieu du chemin la prochaine fois que je croise une moto sur un chemin de campagne avec le chien. Rien que pour embêter.
Dans le TER, sortir mon mini-tazer, rien que pour me faire remarquer, le temps d'une petite décharge en l'air, me faire remarquer autant que la petite p***t**sse de 15 ans assise un siège plus loin et qui "parle" tant et si bien que tout le wagon, et même sans doute les wagons voisins, l'entendent vraiment à merveille.
A vrai dire, le jour où la scène est arrivée pour de vrai, dans le TER, j'avais très envie d'être 150 ans en arrière, au Far West, d'avoir un colt ou une pétoire du genre, et je me serrais levée et je lui aurais mis une balle dans la tête, à c'te pauvre fille, et on aurait tous eu enfin LA PAIX. Pardon).
Et puis quand sur le terrain de sport voisin du cimetière, je reverrai des petits crétins d'ados jouer au basket au bon gros son d'un rappeur américain, tant que tous les morts puissent en profiter au moins autant que les canards, je sortirai ma caméra, pour les filmer eux aussi, ces petits bobos branchouilles en herbe, et je les mettrai sur le net. Par dépit. A défaut de pouvoir shooter leur stéréo. Ou je prendrai la stéréo et j'irai la balancer dans le Thiou. Zut.
A défaut de pouvoir me balader avec une pétoire à la ceinture.
Oui, j'en viens à ressentir une certaine nostalgie de ce temps lointain que je n'ai pas connu, où l'on pouvait entrer dans les épiceries armés, tout en payant honnêtement ses emplettes.

Bon sang, j'ai envie de m'isncrire à un club de tir et à des cours de kung fu.

Bon.
Je vais plutôt finir ma tisane "détente", hein.

 

 

 

 

 

16/11/2011

Herb tea

Depuis fin octobre, un soir sur deux environ, petite tisane "Détente" concoctée par la boutique Brin d'Herbe à Annecy : cymbopogon citratus ; citrus aurantium fl. ; melissa off. ; citrus aurantium fol. ; crataegus laevigata ; asperula off. ; papaver roheas ; rosa centifolia. Efficace (surtout couplée à de l'eau de fleur d'oranger) et délicieuse.

Le savon Saponaria de la Savonnerie Saponnaire (acheté au Salon Marjolaine, à Paris) : mousse surpenamment facilement sur cheveux mouillés et sent vraiment très bon. 

 

bio.jpg
Amandine et Prince Noir n'ont pas encore été entammé, ni le petit "échantillon" offert.


Le flacon d'Ambre Essentiel, des parfums Sharini, acheté également au Salon Marjolaine le 6 novembre: peut-être un peu plus fortement boisé/résineux/"sombre" que l'échantillon reçu en septembre dernier. Différents "crus".

 

ambre2.jpg


A Paris, découvert les parfumeries Sens Unique et Marie-Antoinette, non loin du Métro St Paul et, là, Aomassaï (Parfumerie Générale) et 1697 (Frapin). Vive les parfums liquoreux (surtout en cette saison du grog) ! (Aomassaï n'est pas exactement sensé être "liquoreux" mais il m'a pourtant bien évoqué le café, la glace au café et le Baileys!)

 

fall.jpg

 

Nouvelle cure de jus de radis, le matin à jeun.

Lève-tôt, en général vers 6h-6h30 - couche-tôt, vers 21h-21h30.

Moins de musique que d'habitude... Mais il y a tout de même le nouveau Florence + The Machine.

 

Et puis à Paris il y a les lapins, maintenant.

food.jpg
Le Lapin et L'Autre.

 

 

 

12/11/2011

Dominique Dubrana

"...I am French myself and I honour my origins as I have been one of the first natural perfumers when I started in 86 in Italy..."


dubrana.jpg

Oui, on peut s'exprimer en anglais, vivre en Italie, être converti au soufisme ET être français.
On appelle aussi cela être "a grand excentric".


La photo illustre un article paru dans le New York Times, en août 2010, article consacré à Dominique Dubrana - AbdesSalaam Attar de son nom d'artiste - créateur des parfums naturels La Via Del Profumo.

Monsieur/Signore/Sir - Dubrana tient aussi un blog, in italiano et in English, pour lequel il a récemment écrit une série d'articles sur "The natural perfumery trend". C'est en réponse à l'un des commentaires de cet article qu'il écrit ceci :

"... I am French myself and I honour my origins as I have been one of the first natural perfumers when I started in 86 in Italy.
I am convinced that I could never have developped my trade in France. Italian people are impregnated with a very antic culture of aesthetics which makes them able to recognize beauty wherever they meet it, while the French will never recognize it unless it is authentified by general recognition (or a brand name like L’Oreal or Guerlain).
The French, let us remember, have not only killed the casts of nobilty and priesthood in their revolution, they have also killed nobilty and spiritualiy in their National character when they did that. This is why, unlike Italians, they are without true references in aesthetics, because the sense of aesthetics in inherited with cultural archetypes of nobilty and spiritality.

There are some micro-perfume businesses and shops in France of whom I have heard and also a french perfumer in the NPG, but yes French natural perfumers are not as many as they should considering the french history of perfumery.
Be assured that as soon as it becomes obvious that there is some money to make with natural perfumes, the French will jump into the trend as everyone else."

 

Pour plus d'info (en anglais), une sorte d'"interview/discussion" peut aussi être lue sur le blog WAFT, sur les fils des commentaires de ces deux articles:

Ask AbdesSalaam Attar - La Via Del Profumo

Ask AbdesSalaam Attar Day 2

 

Sur le site américain The Perfumed Court, il est possible de se procurer des échantillons de taille plus modeste que ceux proposés par La Via Des Profumo :

court1.jpg

court2.jpg

Oui, en prime, on reçoit alors des bombons... Peut-être pour que l'acheteur écolo français puisse se consoler d'avoir fait faire à ces échantillons quelques 8000 kilomètres par avions, plutôt que 700 en train/camion ?!

 

Enfin, pour encore plus de réjouissement, le blog Dr Jicky & Mr Phoebus vient de publier une jolie "review" du parfum Sharif.

 

 

 

02/11/2011

Samain

Aujourd'hui, 2 novembre, "Troisième et dernière journée de Samonios (fête celtique de Samhain) où les portes s'ouvent entre les 2 mondes et où dieux et ancêtres viennent visiter les vivants...", comme nous le rappelle le truculent Jean Paul Bourre sur sa page facebook...

Ou encore, pour le calendrier de La Poste, c'est la fête des Défunts.

Et c'est ce jour qu'a choisi l'un de mes "vieux" amis pour m'annoncer qu'il est à l'hôpital pour cause de tentative de suicide.

Je reste calme. Je prends du magnésium.

Pas grand chose d'autre à faire que de répondre dans la minute à son mail et de réfléchir à ce que je vais bien pouvoir lui envoyer pour Noël.

- - -

Ces derniers jours ont été particulièrement ensoleillés, doux, aux couleurs flamboyantes de l'automne, comme il se doit.
Avec ma mère, nous avons beaucoup promené le chien. Lundi soir, chez elle, j'ai préparé un gâteau.
Pour la première fois de ma vie, pour la Toussaint, j'aurais aimé avoir des tombes d'ancêtres à visiter près de chez nous. Faute de tombes, j'ai fait un gâteau, un peu comme on fait une bûche à Noël ou un gigot à Pâques... Là, il n'y a guère de recette traditionnelle pour La Toussaint, autant que je sache, alors j'ai innové, avec de la farine de maïs bio :

Préchauffer le four Th. 6
Mélanger :

100 g de beurre en pommade
150 g de sucre (brun & bio)
3 petits oeufs (ou 2 gros)
200 g de farine de maïs + 1 paquet de levure chimique
1 tombée de rhum, un peu de cannelle
40 cl de lait de soja (ou de vache)
Incorporer les ingrédients un par un, en fouettant bien à la fourchette à chaque fois.
Verser la préparation dans un moule à manquer, cuire 30 minutes.

Au final, le seul petit défaut que je lui trouve est d'être un poil trop sucré mais ma mère, fan de trucs biens sucrés, apprécie. Quantité de sucre à adapter selon les goûts, donc.
Cette recette est une adaptation simplifiée de plusieurs recettes trouvées sur le net et le résultat ressemble à un gâteau au yaourt, voir à un gâteau de Savoie (en moins léger). Vite fait, bien fait, et sobre, lui.
On peut sans doute aussi le faire nature ou ajouter des fruits secs, des morceaux de pommes, de la vanille... Selon l'humeur.

- - -


Oui, je viens de parler popote après avoir mentionné la tentative de suicide d'un ami. C'est ça la vie. Il est vivant, réjouissons-nous! D'autres sont morts, souvenons-nous!

Le maïs, ma mère m'a raconté que son père n'en gardait guère de bons souvenirs : dans le Jura, au début du 20ème siècle, les temps étaient rudes et la farine (ou la semoule?) de maïs semblait souvent utilisée pour faire des "gaudes", qu'il avait prit en grippe.
Du coup, le maïs est un brin liée à notre histoire familiale et en faire un gâteau (réussi!), c'est un peu comme de "soigner" notre mémoire ancestrale.

- - -

La perspective de mon séjour à Paris me stress un peu. Je pars demain, mon salon est en bazar, je me fait un grog sans citron - oublié d'en racheter - avec de la cannelle (et une pointe de poivre, pour voir) et j'ai les épaules complètement crispées.
Le bon côté de la chose c'est que je ne travaille pas demain matin, on a annulé mon intervention chez Mme C., ça me laissera plus de temps pour faire place nette chez moi.
J'ai attendu le dernier moment pour imprimer mes billets de train, gratis à la bibliothèque.

Je me méfie de la fatigue. J'en ai franchement peur, à vrai dire. Elle me met dans des états affreux, très très noirs. Alors je stress à l'idée de la fatigue qui pourrait me tomber dessus pendant ces trois jours parisiens - je suis un aimant à fatigue - et je stress pour d'autres raisons - plein de choses me font stresser - et le stress ronge mes nerfs et accentue la moindre once de fatigue... Arrrgh!


Il y a quelques jours, je venais d'arriver chez Mme J., son mari venait de sortir faire une ballade, je commençais à faire la poussière quand Mme J. m'a demandé, un peu comme une fillette demande à sa copine de faire l'école buissonière avec elle: "Vous prendriez un café avec moi?".
Cela m'a fait l'effet d'un guet-apens qui se dessine à l'horizon, par un crépuscule de novembre, petit vent du nord et bruine insidieuse.
Pourtant, j'aime bien Mme J., on s'entend bien, on parle de l'ancien temps toutes les deux, celui dont j'ai entendu parler, celui qu'elle a vécu, enfant, non loin, à la ferme, en sabots dans la neige, le givre sur les vitres des chambres, le cochon tué chaque automne, les noix qu'on décortique le soir à la veillée pour en faire de l'huile, la vie au grand air, comment on avait moins qu'aujourd'hui et puis comment on se plaignait moins que maintenant...
J'aime bien cette dame et pourtant, la perspective de prendre un café avec elle, d'avoir à discuter en tête avec quelqu'un, de partager un moment d'intimité avec un autre être humain... Ca m'a inquiétée. J'étais tendue. J'ai apprécié, mais sans tout à fait me décrisper. Et c'est avec soulagement que j'entendis le téléphone sonner et que - Mme J. accaparée par sa nouvelle interlocutrice - je repris scrupuleusement mon chiffon.

A l'évocation de la possibilité d'être amenée à toucher quelqu'un, touchée par quelqu'un, embrassée, caressée... C'est nettement pire. Je contemple l'image tout en m'en dissociant froidement, comme s'il ne s'agissait pas de moi qui pourrait vivre à nouveau une telle chose mais quelqu'un d'autre. Et le "moi" qui a vécu de tel moments d'intimité par le passé n'est plus "moi" mais une autre : celle que j'étais avant et que je ne suis plus.
C'est gai.
Mais bon, avec le temps, je devrais me remettre, hein.
On va dire ça.





19:29 Publié dans Life, Sex | Lien permanent | Commentaires (0)

For Strange Women

Le colis du jour :

forstrangewomen.jpg

N'est-ce pas charmant?

Tout à fait et en tous points charmant?

En plus, ça sent bon, aussi bon que ça en à l'air.

For Strange Women.

 

Il y a quelques jours, ce fut ceci dans la boîte à lettres :

court1.jpg

Qu'est-ce que c'est-y que ça?

En provenance de The Perfumed Court...

Mystère...

On en reparlera.

 

 

 

29/10/2011

Mitsouko & Jicky

Drink track: cacao à l'eau, aux épices à pain d'épices & cannelle, miel, sucre brun.

Soundtrack: Mari Boine & France Musique

Cet après-midi, petit tour sur la brocante. Acheté un cristal de sélénite (?) pour 10 euros, aux accents plus sombres et à la forme moins régulière que celui trouvé en Utah en 2001: ils feront une jolie paire.

 

cristal1.jpg

cristal2.jpg

 

Passage au Nocibé pour réessayer Mitsouko et, du même coup, Jicky.
Ce sont deux des tous premiers parfums essayés au début, au tout début de cette nouvelle passion pour les parfums, en mai dernier.
Mitsouko m'avait fait un effet "brassée d'aiguilles de pin" et Jicky un effet "eau croupie".
Les réessayer pour voir si mon nez a un peu bougé depuis.


Mitsouko est toujours très aiguilles de pin, peut-être un peu adouci, des aiguilles arrondies, avec un quelque chose de fleuri (je continue à y chercher la pêche, en vain).
Jicky, lui, me plaît un peu, à présent. J'y ai cette fois bien senti la lavande, surtout au début, et toujours une ambiance de port, de bord de mer, de bord de Thiou, d'algues. C'est toujours un rien nauséeux, croupissant, "sale", un rien salé, mais avec cette lavande qui relève la tête au milieu, fièrement. Il m'évoque une vieille dame très pomponnée du début du vingtième siècle.

 

 

 

 

24/10/2011

Muscat

Il m'en est arrivé une bien bonne cet après-midi chez mme S.: cela faisait bien cinq minutes que j'avais commencé à passer l'aspirateur quand mme S. m'a fait remarquer qu'il y avait plein de poussière qui s'échappait du dit aspirateur. Oui. Il n'y avait pas de sac dedans, alors forcément. Et le filtre n'était plus qu'un amas de minons, alors forcément. Ca m'apprendra.
Je ne sais pas combien de temps j'aurais pu continuer comme ça, étant donné que l'aspirateur est souvent derrière moi, quand je le passe, forcément.

Bon, c'était la première fois que j'allais chez mme S., la première fois qu'elle avait quelqu'un pour lui faire son ménage, la première fois qu'on passait l'aspirateur chez elle depuis son opération fin août, etc, etc... Il y avait des circonstances atténuantes. Mais tout de même, j'avais l'air fine, à renvoyer la poussière aux quatre coin de l'univers.

J'avais pshitté un peu de Jasmin Céleste, de Sharini, dans mon décoleté avant d'y aller, mais il tient à peine sur moi, alors forcément, ça n'a pas aidé (je teste les différents endroits du corps où il peut être intéressant de pshitter et le décoletté, du moins le mien, à mon nez, ça ne va pas, reste à voir l'arrière des oreilles, parce qu'en hiver les poignets restent souvent complètement couverts et puis dans le cas des huiles parfumées, pshitter un vêtement peut s'avérer délicat... bref). 

Après j'ai récupéré mon manteau au teinturier, et j'y ai laissé 3 vestes (grand nettoyage d'automne anti-moisissure/poussière/crasse/araignées, etc).
Puis, direction la fnac pour achat de recharges d'encre d'imprimante mais je ne suis plus sûre du tout que les 364XL soient au bon format alors je suis repartie bredouille (et puis il y avait vraiment trop de monde)... Ma soeur m'en a offert, des recharges 364XL, pensant bien faire, et elles ne vont pas. On a l'air fine.
Je ne me suis pas arrêtée au Sephora, contrairement à vendredi dernier. Vendredi, alors que je m'apprêtais à pshitter Tubéreuse Criminelle sur mouillette (ils ont TC maintenant, ils l'ont, ils l'ont!! Et Vitriol d'Oeillet aussi!! ouahhhh! Annecy devient une ville vraiment de plus en plus chic!!) je m'y suis fait très aimablement alpaguer par une jeune et charmante vendeuse qui a eu travaillé deux mois à la boutique Lutens à Paris. Nous avons discuté des Lutens, donc, et des malheureuses aventures que j'ai eues avec A La Nuit ou Jeu de Peau. Elle comprenait fort bien, elle a été fort rassurante, m'a dit que si ça se trouve, Lutens n'est simplement pas pour moi, c'est tout à fait possible. Elle m'a fait essayer un mélange qui lui plaît bien : Datura Noir et Ambre Sultan. Je dis ça pour les accros à Lutens qui pourraient vouloir essayer un cocktail pareil par curiosité.
Elle a aussi très aimablement pshitté Tubéreuse Criminelle sur mon poignet.
Moi, tout ce que j'ai retenu de tout cela c'est que TC m'évoque des fleurs blanches un peu sèches et acryliques et que Vitriol d'Oeillet doit contenir au moins autant d'aldhéides qu'Ombre Rose, d'où son côté fortement poudré et/ou métallique dont il est tant question ici et là.

Ceux qui sont dérangés par le côté métallique de ces parfums poudrés (entre autre) devraient sérieusement penser à essayer des parfums naturels, "aldéhides synthétiques free", pour changer.

 

for strange women,serge lutens,tubéreuse criminelle,vitriol d'oeillet,jasmin céleste,sharini,weleda,ombre rose

 

D'ailleurs, je culpabilise beaucoup d'avoir commandé Decadence & Debauchery hier après-midi (vite! avant que les prix n'augmentent comme annoncé sur la page facebook de For Strange Women (à cause de la hausse des prix des matières premières, est-il expliqué) essayai-je de me déculpabiliser, en vain). Avec en plus un nouveau lot de trois échantillons et un baume à lèvres. Si ce blog avait des dizaines de visites et de commentaires chaque jour, je pourrais lancer un concours: celui qui devinera le parfum du baume à lèvre que j'ai commandé remportera un lot de trois échantillons de perfume oils de For Strange Women!! (un peu entammés mais à peine: je ne me résoudrai à me séparer que de mes trois moins favoris).

Mais nous sommes en plein désert et la marche va être longue.

D'ailleurs, la preuve que les temps se font secs: j'en suis réduite à m'acheter une cold cream (Weleda) parce que tout le pourtour de ma bouche est d'un beau rouge craquellé (et tout le beurre de karité dont je me suis badigeonnée ce weekend n'y a rien fait).
Génial.

 

 

 

 

22/10/2011

Saturday night

Drink track de l'apéro time: bière au chanvre des Brasseurs Savoyards, 33cl, 5°.

Smell track of the day: Decadence & Debauchery - For Strange Women (j'envisage de me l'offrir, 22,18 euros les 7,5ml, c'est dire que ça me plait).

Ce midi, au journal de 13h sur France 2, un reportage sur Mayotte, ce nouveau département français formidable, où ragent des manifestations contre la "vie chère"... Où, en gros, comment réclamer des yaourts fabriqués en France au prix pratiqué en métropole quand on habite du côté de Madagascar, parce qu'on est français et qu'on le vaut bien.
Et interviews de mayottais pour l'occasion. Leurs propos sont traduits, vu que beaucoup ne parlent pas français.
Alors que maintenant, pour obtenir la nationalité, du moins en métropole, on demande aux gens de maîtriser la langue au moins à l'oral.
Chercher l'erreur.
Sans parler du fait que la télé parle de manifestations contre la vie chère alors que Rue89 et fdesouche.com parlent de conflits raciaux, les blancs ont peur, tout ça tout ça.
Chercher l'erreur.
Et François Hollande qui prône le droit de vote pour les étrangers aux élections locales. Tous ensemble, égaux! Tous ensemble, tous ensemble! Comme à Mayotte, quoi! Et bientôt mes voisins auront tout à fait leur mot à dire sur le choix de mon prochain papier peint, parce qu'eux aussi, ils le valent bien.

Mais bon, à part ça, moi, ça va.

Au dîner, je prévois de me faire du rocamadour au lait cru, grillé à la poêle, avec une petite sauce provençale bio.

- Info santé - Même ma mère l'a remarqué, au fin fond de sa campagne, un virus terrible se répend en France: le virus "en fait". Beaucoup sont gravement contaminés. Il suffit de regarder certaines émissions comme Un dîner presque parfait sur M6, ou d'écouter Lahaie, l'amour et vous sur RMC. Certains personnes sont contaminées à hauteur d'un "en fait" par phrase. C'est terrible. Le virus commence à infiltrer mon vocabulaire, alors que je lis du Jünger et du Gogol. C'est un virus ultra virulent. Si je zappais à chaque fois que je l'entends ou que je le lis, je ne pourrais plus rien apprendre, je ne pourrais plus ni m'informer, ni me divertir, ni même me cultiver: mercredi soir, dans Des Racines et des Ailes, émission consacrée à la cité épiscopale d'Albi, sa cathédrale, ses Cathares, etc... il y avait même un archéologue hautement contaminé. C'est terrible. 

 

A part ça, aujourd'hui, il a fait beau et j'ai reçu mon échantillon de Réglisse Noir, de 1000 Fleurs, en provenance directe de Grasse. J'ai commandé deux échantillons de parfums Via Del Profumo (profumo.it/Dominique Dubrana) via The Perfumed Court, USA, et un lot de 5 échantillons d'Essentially Me, London.

Ah, décidément, vive la mondialisation!!

 

 

 

 

17/10/2011

Dress wild, be proud!

advanced style.jpg

Cette photo est signée Advanced Style, le blog d'un photographe qui shoot des mamies stylish dans la rue, principalement à New-York.

Quand je vois dans quel accoutrement je suis sortie de chez moi ce matin..., bah ça n'a rien à voir!

Le pantalon noir acheté en juin, tout simple et surtout tout taché, à croire que j'ai repeint mon salon en rouge mais non, c'est juste des tâches de javel en poudre. Les vieilles Converses grises très usées sans lacets. Une chemise blanche à fines rayures et col mao sous un vieux pull bleu marine à col en V (n'im-por-te-quoi). La veste verte en velours. L'écharpe noire... N'importe quoi. Même pas grunge. Juste mof.

Bon, c'était pour aller faire du ménage dans un appartement qui est souvent vraiment sale, mais bon, tout de même, il y a du relâchement.

En fin de matinée, j'ai aspergé un coin de ma manche de chemise avec Eau Suave de Parfum d'Empire.
Et là... J'ai continué à faire du ménage, chez moi. Le dessus des placards de la cuisine.
Vive l'alcool ménager. J'ai posé des journaux au sommet des dits-placards: ça m'économisera bien de la peine au prochain grand nettoyage. Ca fait très intérieur de petite vieille, le journal sur le dessus des placards, mais je m'en fous. Les remèdes de grand-mère, y a rien de tel. Ca marche.

Et puis à 13h25, environ, on m'a appelée pour me proposer de faire un remplacement à 14h. Mes patates étaient en train de cuire à gros bouillon dans une épaisse infusion de thym. J'ai dit ok. J'ai mangé du chaource au lait cru, des cacahuètes et un peu de nutella, j'ai arrêté les patates, et j'y suis allée.
J'ai mangé les patates, sautées, ce soir (le thym, c'est pas la peine, vu que les patates ont cuit avec la peau, on ne le sentait pas, enfin je ne l'ai pas senti, on n'était pas douze à table non plus).

Et donc, l'Eau Suave, bah ça m'a fait un effet très moyen.
Je suis un peu déçue.
Mon nez a changé.
Va falloir que je réessaye toute la gamme de Parfum d'Empire sur manche de chemise pour voir, enfin sentir si mon nez est vraiment devenu réfractaire... Parce qu'hier j'ai testé Ambre Essentiel, de Sharini, comme ça, sur chemise, et ce fut très concluant.
Mes chers Parfum d'Empire... Snif. Bon, ce ne sont que des échantillons...
Mais bon...
Bref.

Par contre, Fracas me plaît toujours bien.
Il fait un merveilleux parfum d'oreiller.
Capucine de Fragonard et Habanita sont toujours à mon goût, eux aussi.
Par contre, Ombre Rose et sa tête métallique, bon... A coupler avec Capucine.

Bref bref bref.

J'aimerais bien avoir des choses d'une importance capitale à vous dire mais, franchement...

Ah si! Je me suis achetée une mini orchidée jeudi dernier! 10,90 euros! Je suis revenue du Rond Point des Fleurs le sourire aux lèvres, comme j'aurais ramené un petit chaton dans ma veste! J'avais très envie de l'appeler Zaya. 

Et puis mon arrière-nez me démange souvent depuis une semaine, ça pourrait être une allergie automnale, comme une allergie aux moisissures, par exemple.
C'est passionnant, hein.

Mais bon, je ne vais pas me plaindre: mes mains vont mieux.
Par contre, wikipéia explique que le truc du magnésium pour "soigner" la spasmophilie, c'est n'importe quoi.
Ca me fatigue, tout ça...

Ah et je serai à paris du 3 au 6 novembre. Je ne prévois aucun concert: juste du neveu, de la soeurette, des copines, et du parfum. 

 

 

 

 

 

20:42 Publié dans Life, Perfume | Lien permanent | Commentaires (0)